jeudi 23 juin 2016

La quête du bonheur

Est-ce que ça se pourrait que notre quête (très à la mode) du bonheur nous rende malade, stressé ou à tout le moins plus nerveux qu'avant?

Sans aucune étude scientifique ni recherches poussées, je peux affirmer que oui. Et j'arrive à cette conclusion si hâtive en constatant que plus on pense, moins on vit l'instant, moins on est heureux.

Penser et poser des actions concrètes pour être heureux, c'est correct. Mais se faire un horaire pour pouvoir intégrer tous les judicieux conseils de nutrition, d'exercices, de méditation, de jeux, de calme, de moments d'amitié, de moments familiaux, de moments de solitude et tout le tralala, ça rend dingue. Non?

Mon seul conseil, pour l'avoir vécu, pour le vivre encore et pour ne vouloir que ça au fond : vivre l'instant. Qu'il soit triste, joyeux ou énervant, vivons-le. Tout sauf être absent. Car en étant présent à chaque moment, pour soi, on évolue naturellement, on comprend plus facilement notre être, nos blessures, nos réactions. Être présent pour soi, c'est également revenir sur une mauvaise parole et s'excuser simplement, pour se libérer.

Vous êtes là où vous devez être. Alors relaxez!

Aucun commentaire: