vendredi 4 avril 2014

Surpassement

Cette semaine fut éprouvante, stressante. Au bureau surtout; beaucoup trop de choses à faire avec des deadline serrés, des gens à superviser, des changements dans le personnel, beaucoup de responsabilités, une surcharge pour différentes raison... bref, exigeante.

Mardi j'ai eu très mal à la tête. Mercredi aussi. Tout ce temps, je voyais une petite image clignotante en bas dans mon oeil gauche. Un flash. J'ai fini par consulter parce que ça aurait pu être un décollement de la rétine. Mais non, c'est une "simple" migraine ophtalmique avec des symptômes hors du commun. Ce genre de désagrément ne dure pas plus d'une demi-heure normalement, et c'est plutôt des grandes régions affectées de la vue, symétrique. J'en avais fait une en 2010, un peu plus "normale" celle-là. Ceci dit, c'est pas bien grave, encore une fois. Heureusement.

Aujourd'hui, j'étais au bureau à 7h. Sortie à 19h30. Durant la journée, j'ai vécu un grand envahissement émotionnel de découragement. Suite à plusieurs petites choses, je me suis sentie submergée, sans porte de sortie. J'avais envie de pleurer de détresse.

Autrefois, je serais allée aux toilettes et j'aurais bien pleuré pour évacuer. Je serais revenu avec ce même sentiment mais avec les yeux rouges et moins de temps, en prime. Rien pour régler les choses.

Aujourd'hui, quand je me suis sentie envahie, je l'ai accepté. Je me suis dit que c'était normal parfois de se sentir envahie par le travail, surtout après une semaine chargée, en y croyant vraiment. Après m'être observée quelques instants, j'ai senti la force me revenir. Les larmes ne sont jamais sorties. Mes émotions n'avaient plus le contrôle sur mon corps. Et j'ai terminé ma journée sans enthousiasme débordant, mais sans motton non plus.

Je suis étonnée du contrôle que mon esprit acquiert à force de le conditionner. Sans que je m'en rende compte, tout à coup, je vois un résultat épatant, comme celui d'aujourd'hui.

La journée est presque terminée. Et je réalise que ma plus grande victoire aujourd'hui n'est pas d'avoir terminé tel tableau d'analyse, tel procès-verbal ou bien supervisé une de mes filles adéquatement. Non, ma plus grande victoire aujourd'hui a été d'être. Me voir telle que je le suis, accepter mon état et utiliser toutes mes forces et possibilités pour faire de mon mieux au moment présent. Résultat : parfaitement satisfaisant!