mardi 31 décembre 2013

A happy fuck year for you my dear, Amen.

À vous tous, lecteurs et lectrices, à tout mon entourage et même à mes ennemies, je vous souhaite une hyper fuck year, Amen.

Fuck les conventions, amène de la liberté.
Fuck la culpabilité, amène de la sérénité.
Fuck les problèmes, amène la simplicité.
...

Vous voyez le concept? Ajoutez ce qui vous plait.

Sentez-vous bien. Soyez gamin.
Love.

lundi 30 décembre 2013

Le temps des Fêtes

Dans le temps des Fêtes, on fête. Quoi que célibataire, je n'ai plus de deuxième famille à visiter, j'ai des familles éclatées et un père à l'hôpital.
J'ai festoyé en masse avec familles, amis et amants. La joie, le vin, la bonne bouffe, les rires ont fait partie de mes journées depuis le 20 décembre.

Plusieurs heures sur les routes aussi. Les tas de vêtements empilés au pied de mon lit parce que j'étais trop pressée entre deux partys. Les emballages de cadeaux débordent du contenant de recyclage. Le frigo regorge de restants de victuailles mais manque lamentablement d'ingrédients de base. Les planchers sont poussiéreux.

Pétée raide encore hier matin, mais le sourire au lèvre, enfin j'ai le temps de me reposer. Ce matin, réveillée à 6h. J'ai vu le soleil se lever sur les degrés sous zéro et la neige dure.

La vie est douce. Pleine de beaux souvenirs agréables.

And more to come.


J'espère que vous appréciez votre temps des Fêtes aussi :)

lundi 16 décembre 2013

Échange...

Pour l'une de mes fêtes de famille, il faut amener un cadeau recyclé, insignifiant pour un p'tit échange comique.

Après quelques minutes de recherches, mes yeux se sont posés sur ma bibliothèque. Précisément sur le livre "Donnez du swing à votre vie sexuelle" qui est là depuis plusieurs années, sans que je ne l'aie ouvert une seule fois. M'a-t-il été donné lors d'un de ce genre d'échange que ça ne me surprendrait pas.

Je me suis mise à le feuilleter, par curiosité de ce que j'allais refiler à un oncle ou une tante qui aura la face rouge de gêne.

"Il est plus facile de garder une demi-douzaine d'amants qui se posent des questions que d'en garder un qui a cessé de s'en poser"
- Helen Rowland, journaliste américaine

"Si on respecte toutes les règles, on gâche tout le plaisir"
- Kathryn Hepburd, actrice américaine
 
"Le sexe n'est pas la réponse. C'est la question. Et la réponse est oui."
- Anonyme
 
"Le sexe sans amour est une expérience vide, mais en matière d'expériences vides, c'est une des meilleures"
- Woody Allen, réalisateur américain
 
Outre ces petites citations dont le livre est parsemé, il est pas mal intéressant, finalement.
Je trouverai un autre cadeau pour l'échange. Celui-là n'est pas assez insignifiant.

vendredi 13 décembre 2013

Instantané

T'as beau être le plus beau gars de la planète, le plus sexy, charismatique... Mais si tu sappe en mangeant, tu perds TOUS tes points!

Tant pis pour toi.

lundi 9 décembre 2013

Groupie

Parfois, mes yeux captent un détail et le milieu de mon corps s'enflamme, comme s'ils étaient directement connectés avec ma libido. C'est quoi ce délire?! Je vous explique avec un exemple. Et puis, je suis certaine que ça vous arrive aussi.

Depuis que la programmation de l'Igloofest 2014 est sortie, j'épluche tranquillement les DJ que je ne connais pas afin de bien choisir ma soirée.
Je suis rendue au dernier week-end. Je clique sur Adam Beyer. Je tape son nom sur YouTube pour trouver ses mixes. Et le premier que je choisis est simplement sonore. Mais l'image montrée durant presque le 3 heures de mix est ce visage, le visage de Beyer.

Immédiatement, je l'aime. Ses lèvres un tout p'tit peu inégales, subtilement moqueuses... Ses yeux cachés, noirs et sombres. Je le vois presque sourire un peu plus, bouger un tantinet, sachant l'effet que sa photo me fait...

En plus de rêver à toi, Beyer, j'vais payer pour aller danser sur tes performances.
Double plaisirs.

dimanche 8 décembre 2013

Visite secrète

Il y a très longtemps, j'ai vécu ce moment intense, dont je me souviens dans les moindres détails. Imprimé en majuscule dans mon cortex.

Ce moment où je vais à la rencontre d'un garçon que je n'ai jamais vu mais avec qui j'ai partagé beaucoup de mots sur le monde virtuel. Un garçon qui est curieux de me rencontrer mais qui ne peut aller plus loin, vu sa situation. Un garçon audacieux mais gêné aussi.

Le premier regard, au loin, depuis le coin de la rue où je tourne en patin à roues alignées. Nous savons qui est l'autre, même si on ne s'est jamais approché. Nous sentons le danger de la séduction.

Et maintenant, le baiser sur la joue, sans un mot. On s'attarde tous les deux, un peu trop pour que ce ne soit que politesse. On prend le temps d'humer le parfum de l'autre, de ressentir la chair de poule près du cou, pas tant parce qu'il fait froid que par l'excitation. La respiration chaude de l'autre sur sa peau.

Nous nous écartons tranquillement, désireux de faire durer ce plaisir secret. Nous nous saluons, discutons un peu, échangeons des compliments et nous quittons.

Les sensations, l'effleurement, les bruits ambiants, l'odeur de l'homme, les éclairs que mes yeux ont captés dans les siens; mon cerveau a tout conservé ça et me le ressert de temps en temps.

C'est agréable.

samedi 7 décembre 2013

Comme dans les films

On s'embrasse timidement. Mais très vite, le rythme monte. C'est devenu passionné, urgent.

Nous sommes debout au milieu du salon, les montréalais nous observent du coin de l'oeil en passant devant les fenêtres éclairées de l'intérieur.

Rapidement, et sans laisser paraître un soupçon d'effort, mon complice me prends sous les fesses et me lève, comme si je pesais une plume. J'enroule mes jambes à l'entour de sa taille mais je constate bien que je n'ai pas besoin de me tenir, il le fait pour moi. C'est même confortable. Je sens ses muscles travailler sous mon corps collé au sien.

Il marche doucement jusqu'à sa chambre et me dépose sur son lit comme si j'étais faite de porcelaine...

...

La force et la délicatesse, comme dans les films.

I am melting...

mardi 3 décembre 2013

J'te love mal, bébé

Le love. L'amour. Le "I see you".
Tellement large comme terme, et si peu de mots pour le décrire.

On aime tous d'une façon différente. Certains s'aiment en premier, d'autres aiment à coup de conditions, ou encore aiment juste le corps et se foutent de l'esprit et pire, aiment à en détester. Autant d'humains, autant d'amour.

Mais y a-t-il une bonne façon d'aimer? Tous les types d'amours sont vrais, je crois. Sinon, ce n'est pas de l'amour.

Est-ce que ça revient à dire que pour passer sa vie avec quelqu'un, il faut trouver celle ou celui qui se laissera aimer à notre façon, de la seule manière dont on est capable?
Est-ce qu'en moment donné, on peut aimer autrement qu'au début? Pas autrement la même personne, mais plutôt que notre type d'amour à donner est différent, peu importe la personne?

J'ai réalisé récemment que j'aime, point. Je ne fais pas de distinction entre mon ex, mon amoureux, mon amant, mon ami, mon frère, ma soeur ou ma chume. Je les aime tous, de façon égale. Je les aime tous à leur souhaiter profondément le plus grand bonheur, sincèrement. Je les aime tous librement, sans attente ou contrainte.

Mais mon amour inconditionnel n'est pas nécessairement perçu comme tel. Surtout pas quand l'autre est amoureux de moi. Amoureux comme on bâti quelque chose ensemble et on a une demeure et éventuellement des enfants.

Quel est donc ce type d'amour que je ne connais pas, que je n'éprouve pas, comme tout le monde?
Ai-je donc connu le réel amour-amoureux alors?
Maintenant, j'ai tendance à croire que non. Je me suis oubliée pour l'autre, je me suis dévouée pour cette relation. Mais en bout de ligne, je n'ai pas aimé comme eux m'ont aimé.

Est-ce que je veux vraiment le connaître?
Surtout pas! Pas maintenant, pas dans cette vie. S'il vous plait.

Je l'aime, moi, cet amour si simple que je donne et je vis.
Et j'apprends à m'aimer mieux, par la bande.